Le Banquet. Not a musical, not at all 

Comédie musicale presque philosophique. Ou l’inverse.

de Matthieu Pastore, d’après Le Banquet de Platon

Durée 1h20.                                                                           

Texte et mise en scène Matthieu Pastore

Assistante à la mise en scène Camille Soulerin             

Avec Victor Assié, Barbara Atlan, Laurie Barthélémy, Nathalie Bourg, Pierre Cohen, Benjamin Dussud, Margot Mayette, Valentin Rolland & Camille Soulerin                     

Chorégraphies Laura Maria Desideri

Costumes Amélie Vavernac & Leslie Granger

Création Lumières Théo Tisseuil

Ingénieur Son Clément Hubert

Régie Son Claire Mahieux

Les compositions musicales et les arrangements sont de Pierre Cohen, Clément Hubert & Margot Mayette

Photos Olivier Montay

Spectacle lauréat du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène 2020

Produit par la Compagnie Internationale.

Co-produit par Le Théâtre 13 / Paris  avec le soutien de la Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay sur Seine et du Théâtre Victor Hugo de Bagneux, de la SACD et de la SPEDIDAM.

Nos remerciements vont au JTN, Collectif Masque, CRTH.

CALENDRIER A VENIR

  • 17-25 Septembre 2021 au Théâtre 13 Jardin
  • 29 Janvier 2022  à La Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay-sur-Seine
  • 1 Février 2022 au CRESCO de Saint-Mandé
  • Exploitation 2022/2023 et 2023/2024

SYNOSPSIS

Et si on faisait un banquet ? Une fête ?
Si on réunissait sur quelques canapés, un soir où il fait soif, où l’on est joyeux, des amis que l’on estime ? Des gens qui savent boire, s’amuser et parler.
Et si, ce soir-là, on ne savait plus quoi dire ? Si les verres et les bouteilles vidés, la playlist Spotify continuait à jouer ses morceaux agréables, un peu rétro, un peu kitsch, les morceaux que l’on écoute en voiture ou en faisant le ménage et qui, par le flow/flot des algorithmes finissent par s’écouler entre les interstices de nos solitudes communes ?
Il est encore tôt, on a un peu bu, on est joyeux, certes, mais ces mots, ces quelques rimes idiotes, ces accords mineurs sur les cordes d’une guitare, rouvrent soudain un vide, font résonner un manque.
Et l’on se met soudain à y penser, à cette béance que l’on ne colmate jamais tout à fait et qui nous tente tous, nous tend tous à l’amour.
Et là, comme Alcybiade et Agathon, comme Socrate et Eryximaque, on se met à en parler, à l’évoquer, à le revivre, à en rire et à en pleurer. Mais de quoi parlent-ils réellement ?

Olivier Montay photographe

Contact
Sarah Moulin
lebanquetnotamusicalnotatall@gmail.com 
+33 (0)6.76.99.21.07

Menu