fbpx

Comme une ombre

Pièce jeune public

en langue française mais aussi en langue et dialectes italiens
librement inspiré de la nouvelle Le K de Dino Buzzati

durée 1h

Texte Chiara Breci et Matthieu Pastore

mise en scène Chiara Breci

avec
Matthieu Pastore

univers visuel
Riccardo Reina en étroite relation avec les ateliers réalisés.

Synopsis

Andrea Roì, paleontologue, doctorant italien de l’université de Djion, spécialiste des cétacés rares et disparus, en plein colloque sur les dernières avancées de sa recherche apprend la mort de son père. Dès lors, un voyage s’impose dans sa terre natale pour pouvoir faire le deuil et se retrouver, enfin, face au plus mystérieux des monstres marins sur lequel plane la plus grande incertitude : le K.

Note de mise en scène

Le projet Comme une Ombre naît de l’envie d’explorer le monde mystérieux de la peur.
Pour donner corps à ce spectacle nous avons décidé de nous emparer de l’univers de Dino Buzzati révélateur de nos envies et de nos questionnements à propos de la fonction du théâtre jeune public.

Dans Le K de Dino Buzzati on retrouve le coté à la fois fantastique et plein de suspense où le merveilleux et l’humour se mêlent à l’observation lucide. Une sensibilité exacerbée, un sens aigu de la justice, un certain pessimisme aussi donnent une force inéluctable à ce récit que nous allons adapter en pièce.

Nous allons raconter une histoire universelle où l’on voit un jeune homme grandir avec la peur tétanisante de la mer : un dialogue perpétuel entre conte et théâtralité s’instaure.

Pour mieux rendre l’univers de Dino Buzzati l’univers des marins italiens sera évoqué de manière sonore par les chants italiens de la tradition populaire et par le mélange linguistique qu’on peut retrouver dans toutes nos créations.

Le travail corporel auquel nous attachons beaucoup d’importance va contribuer au dessin global et restituer le pouvoir évocateur de la vie sur un bateau ainsi que de la capacité à faire vivre l’invisible.

In fine le travail des marionnettes et des accessoires, créés pour ce spectacle, aura la fonction de supporter le seul comédien dans le travail d’interprétation de plusieurs rôles mais aussi dans la multiplication des possibilités que l’univers fantastique requiert.

Nous puisons nos sources d’inspiration dans l’univers des gravures naturalistes des cétacées avec l’envie de garder l’esthétique épurée du noir et blanc.

Chiara Breci

Note sur l’univers visuel

Au cours de l’élaboration du projet, des éléments stylistiques et iconographiques nous sont apparus. Nous voulions les utiliser comme des répères dans le développement de l’univers plastique et visuel, qui soutiendra le travail du comédien, en proposant différentes expériences hybrides entre un théâtre du mot (le jeu, la narration, la lecture, le chant, etc…) et certaines composantes du théâtre visuel, qui tiendront également lieu de scénographie.

Parmi les éléments qui sont apparus au cours de notre recherche, nous avons choisi de mettre en exergue le monde de la cartographie nautique. En effet, au fil du temps, l’imagerie des monstres des abysses a constitué un véritable bestiaire, dans une tentative de représenter l’inconnu (réference : Sea monsters on medieval and renaissance maps de Chet Van Duzer).

Une autre source d’inspiration provient de l’univers japonais, qui depuis des temps anciens, a élaboré une esthétique du monstrueux particulièrement singulière et inépuisable tout en étant extrêmement théâtrale.
Cet univers nous parvient à travers le filtre du photographe Charles Fréger, en particulier dans son travail intitulé Yokainoshima (2013-15).Il s’agit d’une série de portraits de masques rituels japonais, se plaçant à la frontière entre la recherche scientifique et l’oeuvre artistique.

Pour le projet Comme une ombre, il nous semble interessant de s’inspirer de l’esthétique japonaise, en particulier de celle du Bunraku, un genre théâtral japonais extrêment rigoureux, fondé sur l’interaction entre le jeu, la manipulation de marionettes et le chant. Le soin pour les images scéniques et l’animation des figures est poussé à son paroxisme. Nous souhaitons aussi utiliser certaines techniques du Théâtre Noir (probablement avec l’aide de la lumière de Wood, qui simplifiera sa réalisation, comme dans le théâtre noir de Prague).

Pour toutes ces raisons il nous semble évident d’utiliser le papier comme matériau principal. Il se prête parfaitement aux exigences de ce spectacle.
Le papier est le support commun de ces deux esthétiques apparemment eloignées. Nous souhaitons porter l’idée que le monstre d’un récit puisse prendre corps dans le papier au travers de notre imagination, rendant ainsi moins evident la frontière entre littérature et réalité; entre récit imaginaire et action concrete pour restituer au mieux la métaphore théâtrale.

Dans le spectacle, les images seront crées par differents supports : des objets et des figures aussi bien plates (silhouettes) qu’en trois dimensions (origami et ses évolutions, colme le papercraft),mais aussi des pop-up (Les cartes marines elles-mêmes pourraient devenir d’énormes pop-up de monstres marins). La lumière et l’animation des ombres seront indissociables et developpés en fonction des exigences visuelles.
De plus, grâce au papier, il sera possible de créer des masques et des marionettes, en utilisant des techniques de création instantanée à partir de feuilles de journal ou de papier à lettres.

Comme référence générale au type de travail que nous aimerions réaliser avec le papier, on peut observer les realisations de Camille Trouvé et Brice Berthoud de la compagnie Les Anges au Plafond.
Pour le travail sur les pop up par exemple les différents spectacles de la compagnie Sacchi di Sabbia, comme Abram e Isac, Sacra Rappresentazione in cartoon , I Quattro Moschettieri in America ou Pop,Un fossile di un cartone animato, produit par Teatro delle Briciole.

Riccardo Reina

Ateliers Pédagogiques conçus autour du spectacle Comme une ombre

Pour le projet Comme une Ombre les artistes de la Compagnie Internationale aimeraient mettre en place une action culturelle à partir des idées et de la créativité des élèves des écoles partenaires pour la diffusion de ce projet.
Les intervenants rencontreront et travailleront avec les élèves avant qu’ils assistent à la représentation du spectacle Comme une Ombre.
Nos trois intervenants s’occuperont d’intervenir auprès des élèves sur trois aspects de la création :

Plastique, avec Riccardo Reina pour la création de masques, marionnettes ou objet à partir du travail de manipulation du papier.
Le papier se prête au travail à plusieurs niveaux de complexité. On pourra ajuster la proposition d’activité lors des ateliers, en fonction des différents critères d’âge, de temps, d’espace à disposition.

Dramaturgique, avec Matthieu Pastore pour la création d’une histoire à l’intérieur de laquelle ce personnage pourrait évoluer.

Corporel, avec Chiara Breci pour incarner le corps du monstre, mettre en marche son imaginaire et le transférer dans ses gestes, trouver un élément de référence (eau, feu, air, terre) et l’incarner dans ses mouvements.

Lorsque l’on travaille avec des élèves il est nécessaire, pour nous, de respecter les différentes individualités tout en fixant un objectif de groupe.
De même, il sera possible ainsi d’alimenter une dialectique concrète entre les activités des ateliers collectifs et le moment de la représentation en intégrant les monstres réalisés par les élèves au spectacle afin de rendre unique chaque représentation, toujours en étroite relation avec les ateliers réalisés.

Contact
Chiara Breci
chiara.breci@compagnie-internationale.com
+33 (0)7 55 61 96 22

Menu